Actualites-news-environnement.com - 18/03/2009  - Sandra Besson
 
Les animaux sont moins nombreux sur le site de Tchernobyl

Plus de vingt ans après l’explosion, les populations animales sont beaucoup moins nombreuses dans les sites contaminés par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, ce qui contredit une étude précédente qui semblait indiquer que la faune et la flore se rétablissaient dans la région.
 
Les radiations ont affecté les animaux vivant près du site de Tchernobyl en Ukraine bien plus que ce que les scientifiques ne le pensaient précédemment, d’après ce qu’une étude a montré mercredi, remettant en question la théorie selon laquelle la faune et la flore locales étaient en voie de rétablissement. L’étude a montré que plusieurs populations de papillons, d’araignées, de bourdons, de sauterelles et d’autres invertébrés étaient moins nombreuses dans les sites contaminés que dans les autres régions à cause des hauts taux de radiation laissés par l’explosion qui s’est produite il y a plus de 20 ans. 

Ces découvertes remettent en question des recherches précédentes qui avaient suggéré que les populations animales se rétablissaient autour du site de l’explosion de Tchernobyl en Ukraine, explosion qui avait obligé des milliers d’individus à abandonner leur maison et à évacuer la zone. Les estimations du nombre de décès directement liés à cet incident nucléaire varient. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, 9 000 personnes auraient péri à cause de l’accident, tandis que d’après le groupe de défense de l’environnement Greenpeace, 93 000 individus mourront à cause des radiations.
 
« Nous avons été très surpris de voir qu’il n’y avait eu aucune étude sur le sujet » a déclaré Anders Moller, chercheur au Centre Nation de Recherche Scientifique (CNRS) en France, qui a dirigé l’étude. « Notre étude était la première à se focaliser sur l’abondance des populations animales ». Les chercheurs ont déclaré qu’ils avaient comparé les populations animales dans les zones radioactives avec celles des sites moins contaminés et avaient découvert que certaines zones étaient presque totalement dépourvues de vie animale.
 
« Il y a des zones où il y a plus de 100 animaux par mètre carré » a indiqué Anders Moller. « Et il y a d’autres zones qui comptent moins d’un spécimen par mètre carré en moyenne, et c’est la même chose pour tous les groupes d’espèces ». Les chercheurs ont également découvert que les animaux vivant près du réacteur nucléaire de Tchernobyl - qui a été couvert d’une couche protectrice après avoir explosé en avril 1986 - enregistraient plus de difformités et d’anomalies, dont des décolorations et des membres rabougris.
 
« Habituellement, les animaux déformés se font manger rapidement, et il est difficile de s’échapper quand vos ailes n’ont pas la même longueur » a déclaré Anders Moller. « Dans ce cas, nous avons découvert un grand nombre d’animaux déformés ». Les découvertes portent un sérieux coup à l’image écologique que le gouvernement ukrainien essaye de donner à la zone de Tchernobyl, qui a été transformée en réserve naturelle avec des loups, des bisons et des ours.
 
Des recherches précédentes sur le terrain avaient ignoré le fait que les populations animales avaient augmenté grâce à l’absence d’humains, d’après Anders Moller. « Nous voulions nous poser la question suivante : y a-t’il plus ou moins d’animaux dans les zones contaminées? Et très clairement, ils sont moins nombreux dans ces zones » a déclaré Anders Moller, qui travaille sur le site de Tchernobyl depuis 1991.
 
Tandis que les chercheurs se concentraient sur un rayon de 30 kilomètres autour du réacteur de Tchernobyl, les retombées de l’explosion ont couvert une grande partie de l’Europe de l’est, y compris certaines régions de la Russie, de l’Ukraine et du Belarus. Les découvertes s’appliquent probablement à ces zones également, d’après Anders Moller, qui a ajouté que tout effort de décontamination était improbable étant donné l’étendue des retombées.